Un grand repas de fête pour nous les ainés.

Quand le jour s’est levé sur St Julien ce jour là, la température était bien basse, négative même et pourtant dès onze heure trente les premiers étaient là, à la porte de l’espace Nelson Mandela.
C’est que ce dimanche huit décembre, on ne voulait pas être en retard, toutes celles et tous ceux de notre âge et même des plus âgés, étions invités par nos élus de la commune.
Il y avait même des nouveaux, des plus jeunes que nous, « des bleus » qui venaient pour la première fois.
Et ça fait toujours drôle la première fois, n’est ce pas ?
Mais nous on, est content de les voir arriver, même si ça veut dire que la roue tourne et les années avec.

Monsieur Le Maire nous a accueilli avec un beau discours  et bien sûr, vu le lieu où nous étions et la personnalité de Monsieur Nelson Mandela, nous avons eu une pensée pour lui et son combat pour un monde de paix, de fraternité et de justice.
Il venait de mourir trois jours plus tôt.
Nous avons écouté la chanson de Bernard Lavilliers qui lui rendait un bel hommage.

Nous n’avons pas oublié celles et ceux, plus proches de nous, qui nous ont quitté durant cette année et ceux qui ne pouvaient pas être avec nous pour des raisons de maladie. La roue tourne, comme on dit!

Mais après, je ne vous raconte pas ! Si ? Bon allez d’accord, je vous raconte un peu.
Il faut dire que le CCAS* n’avait pas fait les choses à moitié.
C’est l’équipe de Fabaron, le traiteur, qui était à l’œuvre pour le repas et le service.
Et rien que ça déjà, c’est un beau cadeau, tellement tout se passe si bien et le repas est  de qualité.

En même temps sur la scène un super orchestre était en charge de l’animation musicale. A mon époque, on l’aurait appelé Grand Orchestre.
Quelle ambiance et quelles prouesses ; imaginez des pro de la zique qui sont obligés de s’adapter à des chanteurs du dimanche.
Oui, y en a des pas trop mauvais, mais pour d’autres . . .
Parce que, je ne vous ai pas dit, ils prêtaient le micro et ceux ou celles qui voulaient, pouvaient monter sur scène pour en chanter une petite comme à la télé.
Serge le maire, Jacky le Conseiller Général et d’autres élus y sont allés !
Certains de nos anciens aussi faisant preuve d’une belle mémoire. Que je sais pas comme ils font. Comme Georges Blanc et la chèvre de Monsieur Seguin ou Audrey et Francis dont les voix nous ont impressionnés. Incroyable !
Ah moi j’aurais eu honte, d’ailleurs j’ai même pas essayé.
Des fois, je les plains les musiciens.
Heureusement, on n’est pas tous des chanteurs, parce que, imaginez, plus de deux cent vingt, on restait jusqu’au lendemain.
On a quand même eu le temps de danser sur des airs d’accordéon et on a eu une visite surprise ; Johnny. Ah que même il est monté sur scène ! Et oui, il y a droit lui aussi ! Ah que la roue tourne tujuurs !

Nous avons aussi fêté nos plus anciens ; notre doyenne Madame Victoria Grunstein
et notre doyen Monsieur Bernard Roussel. Sûr que l’on peut les féliciter et profiter de la richesse de toutes leurs expériences.

Moi, je sais pas si j’y arriverais ; mais j’aimerais bien qu’on me fête aussi quand ça sera mon tour, pardi ! Je suis pas pressé, la roue tourne je vous dis.

Bon je vais arrêter, mais je veux vous dire que je n’ai entendu que des compliments que je partage et que nous sommes d’accord pour nous retrouver l’année prochaine, si la roue ne tourne pas trop vite.

Je ne peux pas terminer sans dire un grand merci à Monsieur Bord le maire, à Bernard Martin le président du CCAS et à tous nos élus de nous avoir réunis pour cette belle journée.

De grands merci aussi à l’équipe du traiteur Fabaron et aux musiciens du groupe Nuance

Merci surtout à vous tous d’être venus pour contribuer à la fête. Et oui, sinon j’étais tout seul !

A l’année prochaine !!!

 

Le Papé de la Carriérasse

 

 

*CCAS : Centre Communal d’Action Sociale

 

 

 

 

© 2016 - Conception & Réalisation Régis CAMPOS - Philippe BOYER
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe