Hommage à Maria Caulé - 1947 à 2008

Index de l'article


En 1947, vous fuyez, quittant Barcelone avec ta mère et ton frère. Vous franchirez clandestinement la frontière avec l’aide d’un passeur pour rejoindre votre père qui se trouve à Paris depuis sa libération.

Tu as 11 ans à ce moment-là, l’âge supposé de l’insouciance. Toi, tu n’as connu que le bruit du canon, la peur au ventre, la faim qui tenaille, la peur de perdre sa maman et la duplicité de certains adultes qui tournent casaque du côté le plus fort.

De là, peut-être, ton attirance pour le monde de l’enfance, ton désir de leur faire la lecture, ton envie de faire partager tes émotions autour d’une belle illustration.

Si tu t’es si bien entendu avec les enfants, c’est parce qu’en toi, du plus profond de ton être, se réveillait l’émerveillement de l’enfance, celle qui t’a été longuement confisquée et que, par la magie de la résilience, tu as su réintroduire dans ton présent.


En 1957, tu rencontres Guy, ton Guy, dans une auberge de jeunesse de la région parisienne. Vous partagez tous les deux les mêmes valeurs. Le monde est à vous. Nous sommes dans la France de la reconstruction, tout est possible, enfin un monde à façonner selon les idéaux de la République : Liberté, Egalité, Fraternité. Et c’est dans le mouvement de l’éducation populaire que vous forgez votre expérience du partage de la vie en groupe, de la communauté, de l’amitié.

Cette fidélité, à vos modes de vie et de partage, perdurera très longtemps. C’est si vrai que pour ses 70 ans, ton toujours jeune Guy avait suggéré en cadeau d’anniversaire une toile de tente !

Après ses 27 mois en terre africaine, vous vous mariez en 1959 à Paris. Guy, qui aime le travail bien fait, deviendra compagnon, tandis que toi Maria, tu travailleras en tant qu’employée de bureau.


En 1960, c’est la naissance de ton Serge pour lequel tu ressens une fierté sans borne et lorsque tu en parlais, on voyait tes pupilles s’agrandir. Tu n’oubliais jamais d’associer ta belle-fille Myriam dans la réussite  de  ce couple, et bien entendu, tes deux petites-filles, Léa et Elsa qui alimentaient tes conversations sans jamais cependant, tomber dans les lieux communs, ni dans les surenchères, mais simplement en te réjouissant des choix professionnels de Léa, de sa réussite précoce autour de la psycho-motricité, de sa capacité d’empathie et d’humanité, comme un aboutissement de l’éducation dispensée.

Tout comme les choix de formation d’Elsa dans l’orthophonie qui visent à réparer les vivants et à soulager les souffrances d’êtres différents.


En 1977, pour des raisons professionnelles, vous arrivez dans le Sud de la France avec une installation à Mons puis à Saint Etienne d’Alensac. Vous avez tissé à Paris tout un réseau relationnel d’amis fidèles, présents aujourd’hui autour de toi.

Enfin, en 1989, c’est l’arrivée à Saint Julien les Rosiers et l’installation dans cette maison au bord du Ruisseau Rouge qui a vu se dérouler tant d’heureux événements.

Très vite avec Guy, tu participes à bon nombre d’activités associatives sur la commune.

Très vite, on remarque ce couple qui apporte son dynamisme, sa manière de vivre et sa volonté de s’impliquer. On te remarque dans cette manière qui n’appartient qu’à toi d’être à l’écoute, curieuse des autres.


En 2001, tu entres au conseil municipal aux côtés de Nathalie qui t’a précédé de quelques jours dans la mort et pour laquelle nous avons une pensée reconnaissante. C’est une grande fierté pour toi et pour Guy aussi. Elue de la République au service des autres, tu tiens des positions courageuses, engagée sur la laïcité, sur le service public… Tu es de toutes les manifestations, de toutes les actions.

D’une loyauté sans faille, tu travailleras toujours pour mettre les autres en valeur avec une réelle humilité qui caractérise ceux qui possèdent une réelle force intérieure.


En 2008, tu poursuis cette très belle expérience en devenant adjointe à la médiathèque et à la petite enfance. Tu traverseras ce mandat avec beaucoup de plaisir et de satisfaction.

Tu noues un réseau relationnel avec les écoles qui se traduira par une augmentation de la fréquentation des classes à ta médiathèque. Tu y accueilleras des centaines d’enfants, si bien que ton prénom est devenu très familier sur la commune.


Pour toujours, il y aura eu la génération Maria, et même quand ces enfants seront adultes (certains sont déjà dans le secondaire supérieur), ils se souviendront de toi comme d’une adulte référente, une passeuse de rêve, une faiseuse de bonheur de lecture. Oui, tu auras fait beaucoup pour donner envie d’ouvrir un livre.

Les adultes ne s’y trompaient pas qui envahissaient le coin café le mercredi matin, et toi, maîtresse de cérémonie qui allait de l’un à l’autre sans oublier de parler de tes dernières émotions de lecture.

La toute dernière « Pas pleurer » de Lydie SALVAYRE qui t’a rappelé ton histoire comme si tu la revivais. C’était il y a quelques jours où tu avais encore la force de sourire et d’encourager du regard la présentation de Chantal, ta bibliothécaire préférée !

Ma chère Maria, on pourrait ainsi égrener nos souvenirs de toi durant des heures sur des pages et des pages tant tu as imprégné l’histoire de notre commune depuis 25 ans maintenant et ce, de plusieurs manières :


Renforçant son label de tolérance : tu combattais de toute la force de tes convictions étayées par ton histoire personnelle, les idées d’extrême droite, tout ce qui exclut l’autre, l’enferme dans des stéréotypes, toutes ces vieilles recettes qui flattent le nationalisme et l’égocentrisme. Tu savais de quoi tu parlais, toi qui avais fait la douloureuse expérience du parti nationaliste en Espagne.

Favorisant toutes les formes de convivialité car tu avais l’invitation facile et généreuse. (Ah, ces repas chez toi, copieux, savoureux, cuisine du Monde et breuvage adéquat !). Et Bien sûr, on y refaisait le Monde !...

Mettant les gens en relation car tu savais les réunir, faire profiter à d’autres la richesse d’une personnalité. Combien de personnes as-tu ainsi mises en relation et qui sont devenues amies par la suite ?

© 2016 - Conception & Réalisation Régis CAMPOS - Philippe BOYER
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe